Röslein, Röslein rot…..

En passant devant ce joli massif d’ églantines je me suis souvenue de ce poème de Goethe que j’ai appris( et que j’ai, en partie oublié!) au cours d’allemand

Heidenröslein

Sah ein Knab’ ein Röslein stehn,
Röslein auf der Heiden,
War so jung und morgenschön,
Lief er schnell, es nah zu sehn,
Sah’s mit vielen Freuden.
Röslein Röslein Röslein rot,
Röslein auf der Heiden.

Knabe sprach; Ich breche dich,
Röslein auf der Heiden!
Röslein sprach; Ich stece dich,
Dass du ewig denkst an mich,
Und ich will’s nicht leiden.
Röslein Röslein Röslein rot,
Röslein auf der Heiden.

Und der wilde Knabe brach
‘s Röslein auf der Heiden;
Röslein wehrte sich und stach,
Half ihm doch kein Weh und Ach,
Musst es eben leiden.
Röslein Röslein Röslein rot,
Röslein auf der Heiden.

En français

Petite rose de la lande

Un garçon vit une petite rose dressée,
Petite rose de la lande,
Elle était si jeune et belle comme le matin.
Il courut vite pour la voir de près,
Il la vit avec grand plaisir,
Petite rose, petite rose, petite rose rouge,
Petite rose de la lande.

Le garçon dit : « Je te cueillerai,
Petite rose de la lande. »
La petite rose dit : « Je te piquerai,
Pour que tu penses toujours à moi,
Et je n’en souffrirai pas. »
Petite rose, petite rose, petite rose rouge,
Petite rose de la lande.

Et le garçon indiscipliné cueillit
La petite rose de la lande ;
La petite rose se défendit et piqua,
Mais douleur et lamentation n’aidèrent en rien,
Il dut le supporter.
Petite rose, petite rose, petite rose rouge,
Petite rose de la lande.

Bonne journée à vous qui passez