Mon coin lecture

De quoi occuper ce mois de Novembre confiné!

Le temps passera très vite dès que vous aurez ouvert le livre de Charly Damm

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est 20201027_152726.jpg

Je vous avais déjà parlé de cette histoire extraordinaire de Strasbourg au Moyen âge

C’est un pavé de 650 pages que vous ne lâcherez plus!

Résumé

Niclaus Findel, secrétaire de la Ville de Strasbourg, nous fait revivre avec ses amis (Samuel, Erwin von Steinbach, le Chevalier Liebenzeller) les événements marquants de la cité où la vie est rythmée par les guerres, les pestes, les événements climatiques ou les successions de monarques. On reste d’ailleurs assez troublé par les parallèles que l’on peut dresser avec notre monde contemporain. Outre ces événements, l’organisation de la ville et de la société n’est guère différente de celle d’aujourd’hui :
une assemblée élue (le Magistrat), un Maire (le Stettmeister), des délibérations mais aussi des rivalités (entre les Zorn et les Müllenheim), des héros, des rois et des empereurs (Philippe le Bel, Rodolphe de Habsbourg), des religieux (moines, évêques, papes…) et des boucs émissaires (les juifs)…

Tout ce petit monde s’assemble ou s’affronte pour le meilleur, comme l’affranchissement de la Ville du joug de l’évêque Walther de Geroldseck (la bataille de Hausbergen), ou pour le pire, comme l’extermination des juifs.

Pour qui connait Strasbourg et ses environs des traces de cette histoire ce retrouvent encore aujourd’hui, le nom des rues, les plats culinaires, les détails architecturaux )

Adrien Borne….Mémoire de soie

4ème de couverture

Ce 9 juin 1936, Émile a vingt ans et il part pour son  service militaire. C’est la première fois qu’il quitte la  magnanerie où étaient élevés les vers à soie jusqu’à la fin  de la guerre. Pourtant, rien ne vient bousculer les habitudes  de ses parents. Il y a juste ce livret de famille, glissé au fond  de son sac avant qu’il ne prenne le car pour Montélimar.
À l’intérieur, deux prénoms. Celui de sa mère, Suzanne, et  un autre, Baptistin. Ce n’est pas son père, alors qui est-ce ?  Pour comprendre, il faut dévider le cocon et tirer le fil,  jusqu’au premier acte de cette malédiction familiale.

Ce premier roman virtuose, à l’écriture envoûtante et aux personnages âpres, nous plonge au cœur d’un monde où le silence est règle et la douceur un luxe. Il explore les tragédies intimes et la guerre, celle qui tord le cou au merveilleux, qui dessine des géographies familiales à angle droit. Il raconte la mécanique de l’oubli, mais aussi l’amour, malgré tout, et la vie qui s’accommode et s’obstine

Un premier roman de toute beauté que j’ai beaucoup aimé

A lire absolument.

Bonne journée à vous qui passez

n premier roman de toute beauté que je vous invite vraiment à découvrir.